La traversée de la Chartreuse

Randonnée d'itinérance - Traversée de la Chartreuse

3 jours  / 70 km / 3800 m dénivelés positifs

Un an après notre randonnée de 3 jours dans le Vercors (voir notre compte-rendu ici), nous souhaitions retourner en randonnée itinérante découvrir d’autres paysages de montagne. 

Ce tracé de randonnée a l’avantage d’être accessible en train, à quelques heures de Paris. Nous avons donc réservé un train aller le jeudi soir pour Grenoble et le retour le dimanche soir depuis Chambéry. Attention! Si vous comptez prendre le bus en bas du mont Granier, il ne passe pas le dimanche, il vaut mieux à ce moment là commencer votre randonnée le samedi pour un retour le lundi.

Bilan de notre séjour

cette randonnée nous a beaucoup plu, car les paysages sont très diversifiés, et la plupart du trajet se fait en plaine/montagne avec des vues splendides. Elle nous a paru plus difficile que la traversée du Vercors, nous avons marché environ 12H par jour les deux premiers jours (en comptant les pause).

La première journée a été très longue avec un dénivelé important, et un sentier compliqué. Nous avons trouvé quelques sections rudes aussi les deux autres journées en montée qui demandent un peu de cardio. Il faut aussi savoir que plusieurs parties de la randonnée sont accessibles en voiture, nous ne sommes donc pas seul sur plusieurs longues sections.

J-1 Direction Grenoble.

Nous sommes parti en train depuis Paris pour arriver à Grenoble le jeudi soir et avons dormi à l’hôtel, près du départ de la randonnée. 

Bivouac – ravitaillement en eau :  Il y a plusieurs points d’eau le long du parcours, nous sommes donc parti avec la quantité d’eau nécessaire pour une seule journée, et nous avons fait en sorte de bivouaquer près de sources d’eau.

Prenez une carte ! Personnellement, nous avons choisi la carte numérique au lieu du papier. Nous avions téléchargé la carte IGN de la région de la Chartreuse avant le départ via l’application VisorandoLes cartes téléchargées permettent de les consulter en hors ligne et de toujours se situer avec le GPS du téléphone même sans réseau. Pensez également à la batterie externe pour recharger votre téléphone sur ces trois jours de randonnée.

Jour 1 - De Grenoble au col des Ayes

Deux choix s’offrent à vous pour débuter la randonnée : soit vous montez à pieds le col de la Bastille (300m de dénivelé), soit vous prenez le téléphérique.

Nous avons décidé de commencer à pieds car le téléphérique ne démarrait qu’à 9H15 et nous souhaitions commencer la randonnée plus tôt. Si c’était à refaire, nous aurions privilégié la montée en téléphérique pour commencer en douceur, car cette première journée était très longue !

Nous sommes donc partis à 7H30 depuis le jardin des Dauphins pour commencer l’ascension vers le fort. Nous observons une jolie vue de Grenoble le long du trajet. Arrivés avant le démarrage du téléphérique, nous profitons du fort presque seuls. De là, le sentier continue en montée, entre foret et vues de Grenoble, vers le fort de Saint-Eynard. Ce fort est accessible en voiture et nous y croisons quelques touristes et randonneurs à la journée. Nous y admirons la vue sur la ville et le massif de Belledonne en face.

Puis, commence un long chemin des crêtes, dans les sous-bois. Quelques points de vue nous permettent de voir le paysage : une vue sur la ville et le massif de Belledonne. Il faut se concentrer durant le chemin : les rochers, les racines et branches à enjamber constamment rendent le sentier compliqué.

Nous sortons du chemin des crètes à 18h20! Nous apercevons enfin le col des Ayes, en bas duquel nous avions prévu de dormir. La vue de la ville est alors derrière nous. Nous continuons notre chemin dans la forêt pour enfin arriver à notre lieu de bivouac .. à 20H30! Un groupe de randonneurs est déja arrivé, nous nous installons donc un peu plus loin.

Nous n’allons pas vous mentir, cette journée fut très longue, sur un sentier compliqué l’après-midi, et peu de paysage en pleine nature…mais le meilleur nous attend sur les deux prochains jours !

Jour 2 - Du col des Ayes au mont Granier

Nous commençons la deuxième jour de randonnée à 8H30 par l’ascension du col des Ayes. La vue est dégagée sur la montagne. Après une montée facile sur le sentier en zigzag, l’escalade commence! Le chemin tracé se transforme en amas de pierres à gravir.

 

IMG_20200808_092321
IMG_5184

Après une bonne demi-heure de montée, nous arrivons sur une magnifique plaine caillouteuse, avec une vue sur le col de Bellefont. Le chemin descend à flanc de montagne vers le col.

Nous entendons alors les clochettes, signe de présence de moutons. C’est à cet instant qu’à une centaine de mètres, nous apercevons un patou ! Le patou est un chien de garde de montagne, qui protège le troupeau de moutons des prédateurs. Il est fortement conseillé de ne pas approcher les patous, mais de plutôt les coutourner. Problème, le chien est alors sur le chemin que nous empruntons, et la pente est tellement raide que nous ne pouvons pas quitter le chemin ! Le patou s’approche dangereusement de nous, en aboyant ! Nous nous arrêtons en attendant qu’il se calme. Après avoir attendu qu’il se calme, nous avançons vers lui lentement, tout en restant le plus discret possible. Il nous laisse passer ! Ouf !

Cette étape enfin franchie , nous attaquons la montée du col de Bellefont. Il fait très chaud! Mais l’effort en vaut le coup : la vue en haut du col est magnifique !!

 

De là, le reste du chemin descend dans une plaine en cuve : nous sommes entourés de montagne, la vue est splendide.

Nous avancons vers le mont Granier, via des sous-bois, puis de grandes plaines.

Nous arrivons au pied du mont Granier vers 19h. Nous aperçevons une ferme, des vaches et un point d’eau. Nous décidons de nous y arrêter pour camper.  Nous ne sommes pas les seuls,  près de 10 tentes sont déja installées sur la plaine, pas loin de la source d’eau !

Jour 3 - Ascension du mont Granier et descente vers Chambery

Après une nuit fraiche et humide, nous nous reveillons au bruit de cloche de vaches qui viennent s’abreuver au point d’eau.

Départ à 8h20 pour traverser la plaine jusqu’en bas du mont Granier. La montée est raide, le chemin est étroit et la pente abrupte. Il ne faut pas avoir le vertige ! Commence alors la deuxième séance d’escalade du séjour : le pas des Barres. Il faut grimper sur les rochers à l’aide de barres, ou sur des échelles fixées dans la roche. Pas habitués à ce type de section, nous mettons du temps à monter.

 

IMG_20200809_082709
IMG_20200809_090704

L’ascension continue alors sur un sentier caillouteux. La vue est splendide le long du chemin et à l’arrivée en haut du mont.

Après une pause déjeuner bien méritée, nous commençons la longue descente (1000m de dénivelés négatifs) du mont. Le chemin est abrupte et glissant à cause d’un éboulement qui a couvert le sentier de cailloux !

 

 

De la famille vient nous chercher en bas du mont pour nous ramener à la gare de Chambery pour notre train retour. Vous pouvez cependant gagner Chambery en stop ou en bus (attention aux horaires, peu de passage le dimanche!)

Notre vidéo de la traversée de la Chartreuse

5 5 votes
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Fermer le menu
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x